Programme de travail de Nairobi sur les incidences des changements climatiques et la vulnérabilité et l’adaptation à ces changements

Décision 17/CP.19

Programme de travail de Nairobi sur les incidences des changements climatiques et la vulnérabilité et l’adaptation à ces changements

Thèmes
Mots clés 
Réunion 
COP19

Gender reference

Rappelle la décision 1/CP.16 selon laquelle l’adaptation doit être sexospécifique. Reconnaît l’importance des connaissances et des pratiques autochtones et traditionnelles, ainsi que des approches et des outils d’adaptation aux changements climatiques tenant compte de la problématique hommes-femmes, et décide que les activités relevant du programme de travail de Nairobi devraient intégrer les questions liées aux sexospécificités, les connaissances autochtones et traditionnelles, ainsi que le rôle et les effets sur les écosystèmes .

Elaborated language

La Conférence des Parties,

Rappelant les décisions 2/CP.11, 1/CP.16 et 6/CP.17,

Consciente de l’évolution des besoins d’informations et de connaissances scientifiques et techniques relatives aux incidences des changements climatiques et à la vulnérabilité et à l’adaptation à ces changements,

Également consciente de l’importance des connaissances et pratiques autochtones et traditionnelles, ainsi que des démarches et outils tenant compte des disparités entre les sexes pour l’adaptation aux changements climatiques,

Notant qu’il faut mettre à profit l’expérience acquise, les partenariats établis et les connaissances générées jusqu’ici dans le cadre de l’exécution du programme de travail de Nairobi sur les incidences des changements climatiques et la vulnérabilité et l’adaptation à ces changements,

Accueillant avec intérêt le rapport du Comité de l’adaptation,

1. Décide de continuer à exécuter le programme de travail de Nairobi sur les incidences des changements climatiques et la vulnérabilité et l’adaptation à ces changements conformément aux dispositions de la décision 2/CP.11, en examinant les connaissances nécessaires découlant notamment du Cadre de Cancún pour l’adaptation et d’autres domaines de travail et organismes pertinents au titre de la Convention ainsi que les besoins de connaissances identifiés par les Parties;

2. Décide aussi qu’il faudrait renforcer l’utilité du programme de travail de Nairobi en s’appuyant notamment sur les aspects suivants:

a) Activités complémentaires les unes des autres et liées à des enjeux de caractère pratique qui mobilisent des spécialistes de l’adaptation;

b) Établissement de liens avec d’autres domaines de travail pertinents, notamment les processus des plans nationaux d’adaptation, la recherche et l’observation systématique ainsi que les organes créés en vertu de la Convention, dont le Comité de l’adaptation, le Groupe d’experts des pays les moins avancés et le Mécanisme technologique;

c) Élaboration de connaissances permettant de mieux comprendre et évaluer les incidences, la vulnérabilité et l’adaptation en réponse aux besoins identifiés par les Parties;

d) Appui à la diffusion effective des connaissances aux niveaux régional, national et infranational par le biais, notamment, de réseaux de connaissances et de coordonnateurs nationaux, tout particulièrement dans les pays en développement; The Conference of the Parties,

3. Constate qu’il faudrait renforcer l’efficacité des modalités d’exécution du programme de travail de Nairobi, notamment par les moyens suivants:

a) Améliorer la pertinence et la diffusion des connaissances dans le cadre du programme de travail de Nairobi pour étayer la planification et l’action aux niveaux régional, national et infranational en matière d’adaptation;

b) Améliorer les approches visant à mobiliser les organisations partenaires du programme de travail de Nairobi, les spécialistes et les experts de l’adaptation, y compris les centres et les réseaux, et à collaborer avec eux, pour mieux éclairer la planification et l’action engagée en matière d’adaptation aux niveaux régional, national et infranational;

c) Poursuivre la mise en place du forum des coordonnateurs du programme de travail de Nairobi;

4. Demande à l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique d’examiner, à sa quarantième session (juin 2014), les moyens de renforcer l’efficacité des modalités décrites au paragraphe 3 ci-dessus;

5. Demande aussi à l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique d’examiner notamment les questions suivantes:

a) Écosystèmes;

b) Établissements humains;

c) Ressources en eau;

d) Santé;

6. Demande en outre à l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique d’étudier plus avant à sa quarante et unième session (décembre 2014), selon qu’il conviendra, les questions à prendre en considération au titre du programme de travail de Nairobi;

7. Décide que les activités inscrites au programme de travail de Nairobi devraient prendre en compte la problématique hommes-femmes, les connaissances autochtones et traditionnelles, ainsi que le rôle des écosystèmes et les effets s’exerçant sur ceux-ci;

8. Encourage les Parties, les organisations partenaires du programme de travail de Nairobi et les spécialistes de l’adaptation à appuyer la mise en œuvre efficace du programme de travail de Nairobi en collaborant davantage avec les centres et réseaux régionaux, en particulier ceux des pays en développement, qui fournissent et diffusent des informations et des connaissances aux niveaux régional et national;

9. Encourage également les organisations partenaires du programme de travail de Nairobi à appuyer la mise en œuvre efficace du programme de travail de Nairobi en rendant compte des mesures et des résultats associés à l’exécution des engagements d’agir et en donnant suite aux invitations à agir;

10. Invite le Comité de l’adaptation à formuler, conformément à son mandat et à ses fonctions, de nouvelles recommandations relatives aux activités à entreprendre dans le cadre du programme de travail de Nairobi;

11. Engage vivement les pays développés parties à fournir un appui, notamment financier, pour l’exécution du programme de travail de Nairobi;

12. Invite les autres Parties, organismes, institutions et organisations partenaires du programme de travail de Nairobi à appuyer selon qu’il conviendra l’exécution du programme de travail de Nairobi; 

13. Demande à l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique:

a) D’examiner et de définir de manière plus détaillée des activités supplémentaires à sa quarantième session, et notamment leur calendrier, en vue de l’exécution du programme de travail de Nairobi;

b) De faire le point sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre du programme de travail de Nairobi et de définir de manière plus détaillée des activités supplémentaires, notamment leur calendrier, à sa quarante-quatrième session (mai 2016);

c) D’examiner le programme de travail de Nairobi à sa quarante-huitième session afin d’améliorer encore sa pertinence et son efficacité, et de faire rapport à la Conférence des Parties à sa vingt-quatrième session. 

Gender Climate Tracker App pour iOS et Android

Téléchargez l'application GCT pour votre appareil mobile pour accéder à nos données hors connexion.

App Store   Google Play

Devenez un traqueur du genre!

Partagez vos documents pertinents sur les profils de pays et aidez-nous à améliorer la plateforme.

Rejoignez GCT!